Landmark Forum : Vik Maraj, ou Comment Transformer le Secteur à But Non Lucratif et Changer la Donne.

LEN-vic-marajVik Maraj, diplômé de Landmark Forum, a récemment été interviewé par le Huffington Post sur ce qu’il faudrait faire pour transformer le secteur à but non lucratif.

Maraj a œuvré pour transformer les organisations et les communautés, en collaboration avec United Way, les Nations Unies, le gouvernement de Dubaï, et bien d’autres. Il est l’auteur d’un discours TEDx sur l’innovation et le changement de donne. Les extraits qui suivent sont issus de l’interview (visitez le site du Huffington Postpour lire toute l’histoire) par Danisha Bhaloo.

Bhaloo : Quel est le défi suprême dans le secteur à but non lucratif ?

Maraj : Nous agissons essentiellement dans un contexte de charité, et non d’autonomisation. Très peu de gens « apprennent à pêcher ». C’est un problème de société, pas seulement une question de profit. Il en va de même dans nos
systèmes d’éducation : on enseigne aux enfants ce qu’ils doivent penser, et non pas comment penser. Ayant fait partie de nombreux groupes dans le secteur à but non lucratif, je constate que, dans la plupart des cas, alors que la vérité est connue et à la vue de tous, rien n’est mis en œuvre. Ce phénomène trop commun est l’éléphant dans la pièce dont personne ne veut parler et est une caractéristique de la nature humaine.

Bhaloo : En ce qui concerne le secteur à but non lucratif, quelle est la vérité dont personne ne veut parler ?

Maraj : Nous sommes en concurrence les uns avec les autres avec un sourire aux lèvres. Nous nous protégeons. Et nous collaborons de manière opportuniste. Le jeu est truqué et ce comportement est presque inévitable. Il est généralement
truqué par une politique gouvernementale vieille de plusieurs décennies. Voilà la vérité de mon point de vue. Ceci étant dit, il faut bien avouer que tous ceux qui travaillent dans ce secteur sont de vrais héros. Le secteur à but non lucratif est la dernière ligne de défense qui sous-tend le tissu social de la société. Sans cesecteur, les limites réelles de nos systèmes politique, éducatif, d’entreprise et de santé, seraient terriblement évidentes. Le secteur à but non lucratif est souvent l’aspect le plus méconnu et le plus noble de presque toutes les cultures.

Dans le même temps, comme pour tous les secteurs de la société, les défis auxquels doit faire face le système à but non lucratif sont historiques, bien établis, et à première vue, au-delà de son contrôle. Certains des défis les plus
évidents sont le manque de financement, le manque de ressources, le manque de bénévoles, le chiffre d’affaires, le manque de valorisation, les salaires plus faibles, le manque de formation et de développement, l’absence de politique, le refus politique, l’économie, etc. Il y en a beaucoup d’autres que je ne ai pas mentionnés et leur point commun est qu’aucun d’entre eux n’est le vrai problème.

Bhaloo : Quel est le vrai problème, et quelle est la réponse ?

Maraj : Le vrai problème est que nous ne collaborons pas et ne mettons pas en commun nos vastes ressources, talents et mandats, afin d’avoir une voix collective. La collaboration est à la fois un état d’esprit et un processus qui nous fait défaut. Nous définissons principalement la collaboration comme « se réunir ». Comme l’un de nos clients l’a si bien dit: « [nous agissons comme] des îles indépendantes qui réduisent progressivement les symptômes ». La quasi-totalité des changements transformateurs a commencé avec une série de petits groupes dirigés par quelques personnes courageuses. Ils se sont réunis pour se dire la vérité les uns aux autres, ont fait de gros efforts pour surmonter leurs différences, puis se sont lancés de tout cœur dans une bataille pour une cause que chacun ne pouvait pas mener seul. La réponse est de passer d’un état d’esprit « toi ou moi » à un état d’esprit « toi et moi », et de cesser de prétendre que nous sommes toujours supérieur aux autres.

Lisez l’article complet sur le Huffington Post (voir le lien ci-dessus), et regardez Maraj s’exprimer ci-dessous au TEDx Vancouver sur les conversations imparables.

Advertisements