C’est quoi le JARGON d’Landmark?

C’est quoi le jargon d’Landmark?

Nous sommes tous des professionnels, et chacun d’entre nous interagissons avec des gens à partir de différentes professions. Chaque métier ou profession a un langage et un vocabulaire unique, qui représente leur dénominateur commun. Par exemple, le domaine de la psychologie possède une centaine de termes qui sont uniques et essentiels pour transmettre et communiquer les idées, les concepts et les distinctions de ce champ d’études.

De la même manière, Landmark utilise un langage particulier à son domaine – des mots clé et des phrases qui soutiennent leur technique d’enseignement et permettent aux gens d’examiner et de saisir de nouvelles idées et façons de voir.

Voici des exemples de quelques termes, phrases et descriptions d’Landmark, tirés de leur syllabus, que vous pouvez retrouver sur leur site web :

Écoute toujours et déjà làMC
Alors que nous nous croyons ouverts d’esprit et objectifs, notre approche envers nous-mêmes, les autres et les circonstances est souvent filtrée et même obscurcie par des notions et des idées préconçues – par notre éducation, nos valeurs, nos expériences passées. Ces filtres (qui sont toujours et déjà là) colorent profondément notre rapport avec les circonstances ainsi que nos relations avec les gens et même avec nous-mêmes. Une conscientisation de ces filtres et une reconnaissance des limites flagrantes qu’ils imposent permettent une liberté rafraîchissante.



Le cercle vicieuxMC
Le cercle vicieux suggère que la tendance humaine est de confondre ce qui est arrivé avec l’histoire que nous racontons au sujet de ce qui est arrivé. Cette confusion s’effectue à une telle vitesse qu’il devient difficile de séparer les deux phénomènes, et nous pensons qu’il s’agit d’une seule et même chose. Presque immédiatement, et certainement avec le temps, l’histoire qu’on se raconte fait place à la réalité – celle que nous connaissons. Cette histoire limite ce qui est possible dans notre vie, et nous prive de beaucoup de joie et d’efficacité. Quand nous sommes capables de séparer ce qui est arrivé de l’histoire qu’on s’en raconte, nous découvrons que beaucoup de ce que nous considérions comme étant déterminé d’avance, fixe et immuable, ne l’est peut-être pas en réalité. Les situations qui nous mettaient au défi ou qui semblaient particulièrement difficiles sont maintenant beaucoup plus fluides et ouvertes au changement. Nous nous retrouvons non plus contraints par une série d’options limitées, mais capables d’accomplir ce que nous voulons avec une nouvelle aisance et appréciation.

RacketsMC
Les rackets sont une façon d’être ou d’agir non productive à laquelle s’ajoute une plainte à l’effet que quelque chose ne devrait pas être telle qu’elle est. Nous oublions souvent de remarquer que bien que nos plaintes puissent nous paraître légitimes et même justifiées, nous en tirons un certain bénéfice – un avantage quelconque qui renforce le cycle du comportement. Par ailleurs, cette façon d’être nous coûte énormément cher, que ce soit au niveau de notre vitalité, de nos affinités, de notre libre expression ou de notre sens de l’accomplissement.
Lorsque nous apprenons à reconnaître le racket, ce qu’il nous coûte, et la façon dont nous fonctionnons pour le garder en place, nous avons le choix d’interrompre le cycle et de découvrir de nouvelles façons d’interagir qui ouvrent la voie à un surcroît de bonheur, de satisfaction et de sens d’accomplissement dans les domaines qui sont les plus importants pour nous.

Transformation
Nous tenons pour acquis que les choses « sont » une façon particulière. Pour apporter des changements, nous avons tendance à aller modifier les circonstances, les gens autour de nous, et même nous-mêmes. Par contre, dans les cours d’Éducation Landmark, les participants explorent la différence entre le changement et la transformation. Le changement est essentiellement une comparaison avec ce qui existait auparavant. De par sa nature, le changement fait référence au passé. Fondamentalement, le changement produit quelque chose de plus, de mieux ou de différent de ce qui était avant. D’autre part, la transformation est une action pour causer ou inventer. C’est quelque chose de créé, et est par nature expansive et infinie.


Ce que les gens disent:

Des gens font remarquer que Landmark a créé sa terminologie dans le but d’exclure tous ceux qui n’ont pas participé à leurs cours. Nous trouvons cette affirmation ridicule ! De toute évidence, tout ce qui est nouveau exige une certaine courbe d’apprentissage. Et étant donné que Landmark décrit publiquement ces expressions sur son site web, nous avons peine à croire qu’ils cherchent à créer une certaine exclusivité, un langage pour les initiés seulement. Les gens n’ont pas à être protégés de quelques nouveaux mots ou quelques nouvelles significations.

Tout comme ceux qui ne sont pas familiers avec les ordinateurs pourraient trouver le jargon des bits et octets impénétrable, voire même rébarbatif, jusqu’à ce qu’ils apprennent ce à quoi les termes font référence, les gens qui participent dans les programmes d’Landmark apprennent et utilisent le vocabulaire spécialisé pour se prévaloir de nouvelles façons de penser.